mardi 31 juillet 2012

Du Lipari à Lipari, la boucle est bouclée !

Cet article a été rédigé sur papier, pendant mon quart de nuit, dans le détroit de Messine...

Malho à Cannet

Comme chaque été - saison de marins oblige - Malho nous attend sagement. Cette année, il a sa place sur son ponton ; car souvenez-vous, le 14 février 2012 c'était la Saint-Malho. Dans quelque temps, nous lui rendrons visite...

 

Un début de saison difficile

Notre bateau de travail, celui sur lequel nous devions embarquer pour la troisième saison consécutive, a eu des "déboires" de chantiers. Incroyable de constater qu'on ne trouve pas de professionnels envieux de s'occuper d'un si joli navire, d'autant que l'armateur donne tous les ingrédients nécessaires pour qu'il soit choyé, mais confiance et argent n'y font rien... une parenthèse de désolation pour en conclure que début mai nos contrats de travail sont tombés à l'eau.
Sur ce, nous faisons notre baluchon (Mac, PC, imprimante...) et Clio nous conduit là où nous sommes succeptibles de trouver du travail : sur la Côte d'Azur d'usure. Avec le décalage que nous avons avec l'actualité, nous attérissons en plein festival de Cannes... à Cannes !

cap_esterel

Au pied du mur de l'excécrable cannoise, nous prenons la fuite pour aller roucouler au village vacances de Cap Esterel, là au moins les gens sont en vacances, sourient, et c'est pour de vrai.

Une semaine entre Toulon et Monaco, qui nous aura coûté une fortune, et ne nous aura rien apporté malgré notre acharnement à faire le tour des capitaineries et agences de placement. La saison avancée, les postes vacants sont ceux que personne n'a voulu !

Un point positif : on aura fait un gros travail sur nous pour rédiger et mettre en page nos CV, et la diffusion de ceux-ci sur la toile aura été bénéfique. Dès le lendemain, une proposition d'embarquement pour moi : une mini croisière de quelques jours en Corse sur un catamaran... un Lipari ! J'y vais...

 

"Le travail amène le travail"

Durant ma mini-croisière nous commençons à récolter les fruits des CV que nous avons semés... Une annonce nous avait particulièrement interpellés : "recherche couple navigant... sud de la France... voilier d'exception... etc... etc...". Nous rencontrons l'armateur sur le chantier à Port-Vendres (cool ! c'est à côté de la "maison" !) et les personnes travaillant sur le bateau. Nous sommes alors embauchés sur un bateau de rêve, un super programme, un contrat négocié (les salaires sur un voilier sont bien en deçà de ceux qui sont attribués dans le yachtisme) et un boulot monstrueux que nous n'avions pas sous-estimé, bien au contraire... nous signons.

 

"Mieux vaut avoir de regrets que des remords"

Nos premiers jours de mer / régate / préparation du bateau furent difficiles (beaucoup de nettoyage et de réparations à tous les postes : aménagement, mécanique, élec, gréement, etc...). Cependant, et avec une bonne organisation entre marins nous avons bien avancé, même si nous n'avions traité qu'une partie des urgences avant notre départ le 7 juin. Le 23 juin, avec la fatigue accumulée de plusieurs semaines de travail sans poser, nous partons dans la course pour le Trophée Bailli de Suffren.

Une belle ambiance au départ de Saint-Tropez qui malheureusement se sera dégradée chaque jour de navigation. En ce qui me concerne, travailler 16 heures par jour pour rendre le quotidien agréable de 10 personnes aurait pu être chose facile si le contexte avait été agrémenté de "s'il vous plaît", "merci" récurrents (même une politesse forcée aurait fait l'affaire !) et de temps en temps, un petit verre offert à l'équipage, comme le pratiquent au quotidien les armateurs sur les autres bateaux.

Nous aurions pu faire de très belles choses sur ce navire, mais sourires, bonne humeur et reconnaissance ne font pas partie de son armement, et ça c'est bien dommage... Nous débarquons deuxième quinzaine de juillet.

 

Le meilleur reste à venir

Nous remontons de Malte et au moment où je rédige cet article sur le papier, nous faisons route vers Lipari. Nous sommes dans le détroit de Messine, en face de Syracuse, que j'aurais tant aimé voir...

 

Posté par fil-de-faire à 14:54 - Au fil des jours - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les commentaires des internautes...


Poster un commentaire